9 août 2020

Sonia TAINE remporte Bourges



C'est à une vitesse exceptionnelle de plus de 1600 m/min, que les quatre pigeons de Sonia TAINE  remportent les quatre premières places du concours de Bourges. 
Félicitations à Sonia pour cette belle performance, avec un contingent de plus de 4 500 pigeons. Elle classe 26 pigeons sur les 76 enlogés. 
Nous reviendrons rapidement sur les performances de cette colombophile du groupement de l'Aisne, sur le dernier concours international de Barcelone ;)

Bravo également à tous les autres lauréats.






 


4 août 2020

Pau 2020, la révélation Thomas LENGLET

Thomas Lenglet a classé sa femelle 341134 de 2018, à la première place nationale du classement femelle du concours international de Pau. 
Un véritable coup de tonnerre dans l’Aisne, qui est ce jeune joueur de 23 ans ?



Le dernier concours international de Pau du samedi 18 juillet, avait été lâché tôt le matin à 7 heures 15. Du coté de Beaurevoir dans le nord de l’Aisne, Thomas à la même heure, prépare ses jeunes pour l’enlogement matinal dans sa société de Saint-Quentin, pour le concours de Sens, organisé par le groupement de l’Aisne.

Thomas a réservé sa soirée pour attendre l’arrivée des yearlings enlogés sur le concours fédéral d’Agen et les onze pigeons de Pau, sept mâles de 2018, un de 2016, et trois femelles de 2018, qu’ils attend pour 20/21 heures.


Des amis sont venus le rejoindre pour voir les pigeons arrivés. On allume le barbecue, on tape la discute en prenant l’apéro, avec le pigeonnier bien en vue. Pendant ce temps, les yearlings engagés sur Agen commencent à arriver, ils feront prix (4/10), la soirée commence bien.


Thomas, raconte nous l'arrivée de ton pigeon.

Le premier pigeon d’Agen arrive à 19h23, il fera onzième à la société de Saint-Quentin avec une vitesse de 923,765 pour 681 km. Une minute plus tard, une femelle arrive comme une balle et se pose directement sur la planche d’envol avant d’entrer dans le pigeonnier des femellesEn voyant la bague verte, j’ai compris que c’était un pigeon de Pau, mais j’avais beaucoup de mal à réaliser.

Je l’ai directement attrapé pour la signaler par téléphone, au référent de la société de Solesmes où j’enloge les internationaux. Il m’a annoncé que j’étais premier à Solesme, j’étais super heureux. Après la mise à jour sur PIR 3, j’ai eu des appels téléphoniques pour me féliciter, c’est là que j’ai réaliser que ma femelle faisait première nationale, c’était un moment extraordinaire ».


Tu as eu des messages de félicitations ?

Oui, toute la soirée et le lendemain matin. Ces témoignages m’ont touché, mais j’avais encore du mal à y croire. J’ai fait 5 pris prix sur 11, j’étais super heureux.


Parle nous de cette femelle :

C’est un jeune de 2018 de mes reproducteurs, le père est un fils du 618 d’Eric Vanacker (fils du premier national Perpignan), et la mère est une très bonne voyageuse de chez Jean-Louis Fumière. Elle fait toute la ligne de vol du groupement de l’Aisne : Sens, Auxerre, Gien, Nevers, Aurillac (fédéral) et Bourges (deux semaines avant le lâcher de Pau).

Je comptais la jouer sur le concours de Perpignan, malheureusement elle a mué deux plumes à la fois. Elle est donc restée à la maison.


Sur quelle position l’as-tu joué ?

Je joue au veuvage, mes femelles sont accouplées ensemble. Ma femelle était donc accouplée avec une autre femelle. Elle a pondu une première fois, j’ai enlevé les œufs quinze jours plus tard. Je l’ai laissé pondre une seconde fois et je lui ai glissé un jeune de 2 jours, trois jours avant l’enlogement de Pau.




Tous tes pigeons sont rentrés ?

Non, j’en ai 9 sur 11 le dimanche, et on m’a signalé un mâle le mardi. Le pauvre s’est noyé sous les yeux d’un père et ses deux enfants impuissants, dans le canal de Saint-Quentin. J’étais dégoutté, car le pigeon était à 20 km de son colombier.


C’était ton premier concours international ?

Non, j’ai joué en 2018 Pau et Marseille, mais je n’avais pas les pigeons adaptés, ils sont rentrés mais je n’ai pas fait de prix. En 2019, j’ai joué les mêmes pigeons sur Pau, avec les mêmes résultats.


Qu’est ce qui explique ta réussite cette année ?

En 2018 j’ai investi en achetant des pigeons de grand fond. Jean Louis Fumière m’a offert un fils de son meilleur Pigeon et quelques femelles. Cet apport explique, je pense, ma réussite de cette année, ainsi que les bons conseils de Jean-Louis.


Parle-nous de toi :

J’ai 23 ans et je suis colombophile depuis 2016. J’ai d’abord joué à la société d’Aubencheul, et cette année à la société de Saint-Quentin.

Je suis mécanicien auto de formation, je termine un service civique au colombier départemental de l’Aisne Naturagora, pour reprendre mon métier de mécanicien en septembre. J’habite chez mes parents, chez qui j’ai construit cinq pigeonniers de deux compartiments.



Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

Les soins, la motivation des pigeons, et la préparation aux concours sont très importants. Il faut également se procurer des pigeons adaptés à la catégorie jouée, chez des amateurs confirmés. Je lis beaucoup les forums sur internet, et je n’utilise que des compléments d’origine naturelle. Mais je ne suis qu’un débutant, et donc je conseille aux nouveaux de se rapprocher des joueurs confirmés, qui sont toujours de bons conseils. 




Un dernier mot :

Je remercie mes parents, les personnes qui m’ont félicité et Jean-Louis Fumière (ci-dessus), qui m’a appris à préparer mes pigeons pour les internationaux. Je remercie également le groupement colombophile de l’Aisne qui a organisé de beaux concours avec de gros contingents.


Bravo Thomas, merci d'avoir bien représenté le département, et bonne chance pour septembre :)


olivierdaulnois@gmail.com





 








 

28 juil. 2020

Valence fédéral, trio de tête pour Michel WALTISPURGER

Le deuxième concours fédéral de la saison 2020, rassemblant 5 583 pigeons, a été remporté par un joueur du groupement colombophile de l’Aisne. Il s’agit de Michel WALTISPURGER, résidant la commune de Gué d’Hossus dans les Ardennes, qui joue dans la société de Saint-Michel.

Toutes nos félicitations et nos remerciements pour ce très bel exploit, puisque Michel remporte les trois premières places du classement fédéral, et six prix sur les dix pigeons engagés.


Depuis quand êtes-vous colombophile ?

J'ai commencé la colombophilie en 1964 à l’âge de 15 ans avec les conseils d'un ami colombophile plus âgé que moi. Par la suite j'ai joué en trio avec deux amis : Daniel DOURLET (décédé) et J.M. GALICHET (colombophile bien connu). Nous avons gagné le 1er prix  français sur Marseille  en 1974, et le 14ᵉ international. J’ai ensuite rejoué seul.


Présentations de vos pigeons vainqueurs.

Le premier, le 346943 de 2018, qui s'est également très bien classé sur Montluçon dimanche dernier. 


Le deuxième arrivé , le 115848 de 2014, se classe aussi sur Agen. 


Enfin le troisième arrivé, le 240920 de 2017, qui fait également prix sur Agen. 


Comment ont-ils été joués ?

Le pigeon de Valence comme tous mes veufs a été accouplé début avril puis mis au veuf sur couvage de 10 jours.

L'origine de mes pigeons provient  d'une femelle achetée chez François COLLARD et d'un mâle CARTEUS donné par mon ami Belge Emile WEYS, je possède des LIMBOURG, VAN DEN ABEEL, IMBRECHT, BATENBOURG  et VAN DE WEGEN.

Je joue les mâles au veuvage jusque 750 kilomètres, les femelles ne sont pas jouées, les yearlings une partie au veuf, une partie célibataire. Les jeunes ne sont pas joués je les entraîne moi-même à 20 km.


Composition de votre colonie.

Ma colonie comprend 24 veufs, 9 couples de reproducteurs et 30 jeunes


Vos objectifs pour cette saison 2020 ?

Cette année mon objectif était de jouer aux pigeons malgré la covid 19, et faire quelques beaux prix, ce qui est chose faite avec Valence.


Les conseils que vous donneriez aux débutants ?

La colombophilie pour les jeunes ce n’est pas chose facile, car les jeunes ont beaucoup d'autres loisirs et ils ont le problème des finances, mais c'est un sport passionnant et il ne faut pas se décourager car il y a de la concurrence. Il ne faut pas hésiter à demander conseils aux anciens qui jouent bien, les écouter et ne pas vouloir aller trop vite.


Un dernier mot ?

Je tiens à remercier l'équipe dirigeante actuelle qui fait du bon travail et je la félicite.

Enfin j'espère que la colombophilie restera un sport pour tous et que les grosses colonies ne décourageront pas les "petites". 

VIVE LES PIGEONS


Merci à Michel d'avoir accepté cet interview. 

Olivierdaulnois@gmail.com 


VIVE LES PIGEONS 


olivierdaulnois@gmail.com


Les lauréats de Valence du 4 juillet




Les lauréats d'Auxerre du 28 juin





23 juil. 2020

Le vainqueur de Pau qui est-il ?


La victoire nationale du dernier concours international de Pau, revient à un axonais bien connu dans le groupement colombophile de l’Aisne, Monsieur Claude THIL.

Son pigeon, le 340175 de 2018, est arrivé premier parmi les pigeons français à la vitesse de 1111,47 m/min, après une course de 731 km.

Cette victoire est une consécration pour Claude, qui récompense une longue carrière de colombophile. Claude est très apprécié dans sa société et dans tout le groupement, tant pour sa sympathie, sa simplicité et sa disponibilité.

Nous le félicitons chaleureusement.


Le 106335-2017 est un pur IMBRECHT, de son ami Germain IMBRECHT. Un nouveau sang qu’il a introduit dans sa colonie depuis trois, avec le résultat que l’on connaît.

Les autres origines du colombier de Claude sont

- les Devos, mondialement connu (une petite fille du didi), As pigeon de Belgique ;
- des pigeons de son ami Collard François Collard, champion de Belgique (son favori et de son Limoges) ;
- des Philippens (du Bordeaux).

Sa méthode de jeu est le veuvage.

Celui qui lui a appris la colombophilie est M Paul Loeffler de Wittenheim (proche de Mulhouse).
Son maître comme il dit, qui lui a enseigné la thèse à alaire

Je remercie Thibaut THIL qui m’a aidé à rédiger cet article.

Le mot de la fin pour Claude :

« Je suis très touché par vos messages de félicitations et je vous en remercie. Bonne saison à vous tous ».


Nous reviendrons prochainement sur une autre grande victoire, celle du fenomeno Thomas LENGLET, dans la catégorie femelle. 

22 juil. 2020

Aurillac : les Pereira au sommet

Le premier concours fédéral de la saison 2020, a été remporté par une équipe du groupement colombophile de l’Aisne. Toutes nos félicitations et tous nos remerciements pour cet exploit, une magnifique victoire des PEREIRA PERE ET Fils (Louvois 51) sur le concours d’Aurillac. Ils se classent premier et deuxième avec deux pigeons de 2017, les 234425 et 234420.



Manuel Pereira s’est prêté au jeu de l’interview et a gentiment accepté de répondre à nos questions, pour les visiteurs du site colombophile du 02.


Depuis quand êtes-vous colombophile ?

Je suis colombophile en France depuis 1980. Mais au Portugal dans ma famille, on a toujours été colombophile. Je suis presque né dans un pigeonnier !


Présentation de votre pigeon vainqueur.




Comment a-t-il été joué ?

Le pigeon a été joué au veuvage classique.


Quelle est votre méthode de jeu et la composition de votre colonie ?

- Le veuvage classique avec les vieux mâles.

- Les yearlings sont joués célibataires sur perchoir.

-les femelles sont jouées accouplées entre elles.

La colonie est composée d’une centaine de pigeons l'hiver et de 180 l'été, en comprenant les jeunes.


Vos objectifs pour cette saison 2020 ?.

Prendre un maximum de plaisir, car les pigeons restent pour moi un passe-temps.


Les conseils que vous donneriez aux débutants ?.

Il faut s'entourer de gens sérieux, car en colombophilie ce n’est pas facile.

Nous les anciens, il faut que l’on pense aux jeunes, car sans eux la colombophilie disparaîtrait.


Un dernier mot ?

Je remercie toute l’équipe et les bénévoles, pour tous les efforts qu'ils font pour que tout se passe bien.

Vive la colombophilie.