15 janv. 2021

Les Pereira, grands champions, en tête de la deuxième région

Afin de féliciter Manuel, David et José Pereira pour leur première et deuxième place au championnat général de Fédération colombophile de Picardie.  Nous (Olivier Bertaux et Ludovic Cliquot) avons souhaité rendre visite à ces grands champions du groupement colombophile de l'Aisne.

 

Merci à David pour cette photo.

Nous avons été accueillis chez Manuel Pereira et son épouse à Louvois, José et David étaient également présents. L'accueil a été des plus chaleureux, un grand merci pour ce moment de convivialité, où autour d'un café et d'un croissant, nous avons pu échanger sur des thèmes chers à tous comme :

- la méthode de jeu;

- les installations;

- les transports et sans oublier les pigeons d'exception.

Manuel et David jouent sous le nom de PEREIRA PERE & FILS et José PEREIRA fait partie de la réussite familiale. 

José Pereira

 La famille Pereira est originaire du Portugal, pays dans lequel le père était déjà colombophile. Sur les sept enfants de la fratrie, cinq frères ont suivi les parents lors de leur arrivée en France.

Manuel pratique la colombophilie depuis 40 ans, et José depuis 36.
 
Manuel Pereira de Louvois
Manuel Pereira
 
Le virus rattrape Manuel en 1980, à l'occasion d'une visite dans une exposition de pigeons voyageurs. Il achète alors quelques pigeons et s'inscrit dans une société dans la Marne.
Les premiers succès et premiers prix arrivent très vite.
Comme chacun le sait, les sociétés Marnaise ont disparu progressivement. Ils prendront de fait la décision de venir jouer dans l'Aisne bien qu'ils aient plus d'1 heure pour se rendre à la société de Courboin.
Courboin venait d'accueillir 2 grands "professionnels de la colombophilie".
 
David Pereira, à gauche sa maman.

 
Manuel revient sur Valence un fédéral où il perd ses cinq meilleurs pigeons sur ce concours, dont quatre roux écaillés (une de ses meilleures souches).
Le jeu de Manuel est au veuvage et celui de José au naturel, comme quoi, une bonne lignée est capable de prouesse sur les deux méthodes de jeu.

Les installations sont comme les propriétaires, simples, efficaces et remplies de bon sens. 

Chez Manuel, 11 femelles sont accouplées ensemble, et il les laisse couver. Les 25 yearlings sont joués célibataires sur perchoir, après sélection, ils rejoindront à deux ans le colombier des veufs (24 cases).
Ils effectuent des entraînements réguliers avec Hervé Gierens avant  et après les premiers concours de la saison.
Les jeunes sont très peu joués mais entrainés.
 
Souvenir d'enfance au Portugal de José "à 8 ans mon frère Manuel attendait les pigeons de notre père pour les constater, assis dans le pigeonnier prêt de l'abreuvoir. Il fallait être rapide, les concours de vitesse se jouer à peu de choses".
 
A la question, quels conseils donneriez vous ?
La passion reprend le dessus, on sent l'homme amoureux de sa colonie qu'il respecte.
 
Plusieurs sujets sont abordés :
 
*trouver le bon pigeon par l'élevage
*éviter de faire rentrer trop de pigeons, surtout à cause des maladies.
*"on cherche toujours ailleurs ce que l'on a déjà à la maison". 
* une bonne préparation avec la nourriture adéquate, là aussi, un mélange commercial, coupé avec de l'orge
Il ne faut pas oublier les 40 années de sélection.



Si nous devions trouver des explications aux succès de Manuel et José, nous pourrions évoquer quelques pistes telles que :
La simplicité, le pragmatisme, l'amour de la colombophilie et le jeu, sans oublier, un ingrédient essentiel pour réussir à savoir le courage. Une famille passionnée au service de leurs pigeons.
 
Manuel tenait à nous montrer l'endroit où il s'assoit pour attendre l'arrivée de ses pigeons. Un havre de paix au milieu d'un très joli jardin fleuri.


 
Un grand merci pour l'accueil, et pour les échanges francs et directs. Nous avons essayé de nous projeter sur la saison 2021 qui s'annonce complexe de part les évènements sanitaires en cours.
 
Et encore félicitations pour cette première et deuxième place !
 
olivierdaulnois@gmail.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire